• Retrouvez nous sur Facebook

L'optique de A à Z

 

-Accommodation: c'est la capacité de l'oeil à voir nettement des objets à des distances différentes grâce à la déformation du cristallin. L'oeil adapte sa puissance optique à la distance de vision. Pour avoir une vision nette, l'oeil doit augmenter sa puissance quand il passe de VL (vision de loin) à VP (vision de près).

 

-Acuité visuelle : l'acuité se mesure en dixième : de 1 à 20. Une acuité de 10/10ème correspond à une vision courante nette permettant de distinguer un objet de 7.3mm à 5m.

 

-Addition : puissance, ajoutée à la correction de loin, nécessaire pour voir de près.

 

-Amblyopie : état d'un oeil qui a perdu sa fonction visuelle par non-usage, soit à cause d'un strabisme, soit à cause d'une maladie. L'acuité visuelle ne pourra pas être améliorée avec un verre correcteur.

 

-Amétropie : défaut visuel (myopie, hypermétropie, astigmatisme et presbytie) pouvant être corrigé par le port de verres correcteurs.

 

-Astigmatisme : défaut de la courbure de la cornée ou du cristallin qui agit sur un axe et dénature la vision. L'astigmatisme peut être direct le plus souvent (le grand axe est horizontal), inverse (grand axe vertical) ou oblique (axe oblique).
il entraîne une vision brouillée, déformée, imprécise à toutes les distances avec allongement des lignes verticales ou horizontales ou obliques et la confusion de lettres proches comme le H le M et le N, le E et le B ou le 8 et le 0.
En physiologie de l'oeil, normalement, la surface de la cornée présente la courbure d'un ballon de football. Chez les astigmates, elle est déformée et sa courbure s'apparente davantage à celle d'un ballon de rugby. L'image reçue par la rétine est donc différente selon les axes de ce ballon. Résultat : l'image manque de netteté. Les rayons lumineux se focalisent alors en des points différents en arrière et en avant de la rétine ce qui provoque une déformation de l'image. On parle d'astigmatisme interne pour la déformation des éléments optiques internes à l'oeil comme le cristallin et la face interne de la cornée.
Vision de l'astigmatisme.
L'astigmatisme est faible entre 0 et 1 dioptries, moyen de 1 à 2 dioptries, fort au dessus de 2 dioptries.
Un verre torique (ou cylindrique), rétablit la bonne perception des axes.

 

-basse vision : L'espérance de vie augmentant, de plus en plus de personnes présentent une déficience visuelle liée à l 'âge ne pouvant se corriger par de simples lunettes. L'organisation Mondiale de la Santé a défini cinq catégories de déficience, classées de 1 à 5 selon la perte de l'acuité visuelle et la réduction du champ de vision.
Les catégories 1 et 2 englobent ce que l'on appelle la malvoyance, l'amblyopie ou la basse vision. Les personnes atteintes peinent à voir les formes et les détails mais conservent une partie de leurs capacités visuelles. Celle-ci peuvent être améliorées, notamment grâce à des aides optiques :
1. Déficience visuelle moyenne
Après correction, l'acuité visuelle se situe entre 1 et 3/10. Le champ visuel est d'au moins 20°.
2. Déficience visuelle sévère
Après correction, l'acuité visuelle se situe entre 1/20 et 1/10. Il est possible de compter les doigts de la main à trois mètres.
Cécité : une seule définition pour différentes déficiences
Les trois catégories suivantes correspondent toutes à la cécité, mais le handicap augmente au fur et à mesure que la perception lumineuse faiblit.
3. Déficience visuelle profonde
Après correction, l'acuité visuelle se situe entre 1/50 et 1/20. La personne peut compter les doigts d'une main à un mètre.
4. Déficience visuelle quasi-totale
Après correction, l'acuité visuelle demeure inférieure à 1/50. La personne perçoit encore la lumière. En revanche, elle s'avère incapable de compter les doigts d'une main à un mètre, ou son champ visuel est très réduit.
5. Déficience visuelle totale
La cécité est absolue, la lumière n'est pas perçue.

Les principales causes de déficience visuelle
Différentes maladies peuvent entraîner une basse vision. Les plus répandues sont le glaucome, la cataracte, la Dégénérescence Maculaire Liée à l'Age (DMLA) et la rétinopathie diabétique.

 

-Cataracte : opacité du cristallin due à l'age ou à une maladie, entraînant un défaut de transparence de l'oeil. On opère la cataracte avec 99% de chance de succès.
La cataracte : de la transparence à l'opacité
Liée au vieillissement, elle atteint de préférence les personnes âgées. Elle provoque l'opacification du cristallin, normalement transparent. La cataracte rend la vision trouble, notamment de loin. L'ablation chirurgicale du cristallin permet de retrouver une vision normale, parfois sans lunettes.

 

-Convergence : faculté que possèdent les yeux de fixer simultanément le même point.

 

-Cornée : membrane transparente la plus antérieure de l'oeil, directement au contact de l'extérieur, composée de 5 couches de structure régulière et ordonnée. C'est la structure qui a la plus grande sensibilité tactile du corps humain.

 

-Cristallin : lentille optique située derrière l'iris effectuant la mise au point pour obtenir la netteté à toute distance. La lumière entre par la cornée, traverse l'humeur aqueuse puis la pupille. Là, le cristallin la fait converger vers la rétine.

 

-Daltonisme : trouble de la perception des couleurs caractérisé par une confusion des couleurs comme le vert et le rouge.

 

-Dioptries : unité de puissance d'un verre ou d'une lentille correctrice.


-DMLA : la perte de la vision centrale
La Dégénérescence Maculaire Liée à l'Age est la première cause de cécité chez les personnes de plus de 60 ans. Elle est provoquée par une lésion dégénérative du centre de la rétine, au niveau de la macula. La personne atteinte est gênée lorsqu'elle regarde droit devant elle, mais conserve sa vision périphérique, ce qui lui permet de se déplacer.


-Emmetropie : contraire d'amétropie. l'emmetrope est une personne n'ayant pas de défaut visuel avant l'apparition de la presbytie.


-Glaucome : Il touche essentiellement les plus de 40 ans, mais peut également survenir chez l'enfant ou l'adulte jeune . Cette maladie est due à une pression trop élevée à l'intérieur de l'oeil qui entraîne la destruction progressive du nerf optique. Le champ de vision se réduit, la cécité guette en l'absence de traitement médicamenteux ou chirurgical.


-Humeur aqueuse : liquide transparent continuellement filtré et renouvelé, et qui, avec le vitré, maintient la pression et la forme du globe oculaire.


-Hypermétropie : défaut de la vision dû à un oeil trop court ou pas assez puissant. l'image se forme alors derrière la rétine, le cerveau reçoit une image floue. L'hypermétrope voit mieux de loin que de près.
Un verre convexe (ou positif), augmente sa puissance, et ramène le foyer image sur la rétine en faisant converger les rayons.

 

-Indice de réfraction : c'est le rapport entre la vitesse dans le vide et la vitesse de la lumière dans le milieu consideré (ici le verre). L'indice de base du verre est de 1,5. Plus l'indice est élevé (maximum 1,74 en organique et 1,9 en minéral), plus le verre sera mince.


-Iris : diaphragme qui permet de diminuer ou d'augmenter la quantité de lumière qui pénètre dans l'oeil. Son pigment détermine la couleur de l'oeil.


-Kératotomie radiaire : intervention chirurgicale consistant à modifier la courbure de la cornée, en pratiquant des incisions, pour corriger la myopie.


-Myopie : défaut de la vision dû à un oeil trop long ou trop puissant. Le foyer image se forme en avant de la rétine, le cerveau reçoit une image floue. Elle se traduit par une gêne pour voir de loin, laquelle est en principe moins importante en vision rapprochée.
Un verre concave (ou négatif), diminue sa puissance et transporte le foyer image sur la rétine en faisant diverger les rayons.


-Nerf optique : il représente la deuxième paire de nerfs crâniens : le nerf optique, 35 à 55 mm de long, s'étend de la papille au chiasma (croisement en X, total ou partiel des fibres des 2 nerfs optiques). Il comporte environ un million de fibres réparties en un grand nombre de faisceaux séparés. Son rôle est de transmettre l'image rétinienne au cerveau.

-Oeil : en latin se dit " ox ". De là viennent les mots " atroce " (atrox), horrible à voir et " féroce " (ferox), qui a l'oeil fier, farouche d'une bête sauvage. En Occident, depuis des temps très anciens, on croyait que c'était l'oeil lui-même qui envoyait des rayons lumineux à l'extérieur. On peut comparer l'oeil à un appareil photographique, en effet, ils comportent tous deux un certain nombre de lentilles (c'est à dire pour l'oeil la cornée et le cristallin).Le diaphragme de l'appareil photo correspondrait à l'iris, la mise au point à l'accommodation du cristallin, la pellicule photographique à la rétine. Le cerveau va interpréter les images des deux yeux et les fusionner ; ceci est tout à fait comparable au développement du négatif.

-Ophtalmologiste ou Ophtalmologue :
médecin spécialisé dans le traitement des affections de l'oeil et de ses annexes ainsi que la correction des troubles de la vision.

-Opticien : pour en savoir plus sur le métier d'opticien...

-Papille ou tâche aveugle : située sur la rétine, c'est le point d'émergence du nerf optique. A cet endroit, il n'y a pas de vision.


-Photochromique : la teinte d'un verre photochromique varie en fonction de lexposition aux U.V.


-Presbytie : La presbytie n'est pas un défaut de réfraction mais un vieillissement inévitable du cristallin. Au fil du temps le cristallin perd de son élasticité et ne peut plus assurer l'accommodation pour des objets proches. La presbytie se combine avec les autres défauts optiques de l'oeil.
Le presbyte est obligé de lire son journal à bout de bras, mais voit distinctement des objets éloignés.
Un verre convexe (ou positif), compense le manque d'accommodation du cristallin.
Ou un verre progressif (grâce à une addition) si la personne est déjà myope, hypermétrope et/ou astigmate.


-Pression oculaire : un examen médical permet de mesurer la pression du globe oculaire. Supérieure à 20 mm de mercure, elle peut être le signe d'un glaucome.


-Pupille : Orifice central de l'iris se comportant comme un diaphragme d'appareil photo : son diamètre varie en fonction de la luminosité.

-Rétine: Film très sensible sur lequel viennent se former les images. C'est une membrane nerveuse qui tapisse le fond de l'oeil, d'environ 0,25 mm d'épaisseur et de surface à peu près égale à celle d'un timbre-poste dans laquelle se trouvent plus de 130 millions de cellules nerveuses.
Elle peut distinguer une lumière très faible, telle la flamme d'une bougie à une distance de 10 km dans l'obscurité totale !
On peut distinguer plus de 100 nuances différentes et 750 niveaux de luminosité.

-Rétinite pigmentaire :
maladie héréditaire aboutissant à la dégénérescence de la rétine qui réduit le champ visuel pouvant aller jusqu'à la cécité.

-Rétinopathie diabétique : le danger de la cécité
Elle touche environ un tiers des diabétiques. Cette complication grave provoque de minuscules hémorragies des vaisseaux menant à la rétine. Les lésions entraînent une baisse progressive de la vision pouvant, sans traitement, mener à la cécité.


-Strabisme : défaut de convergence de l'oeil avec rupture de la vision binoculaire.

-Verres bifocaux : également appelés verres double foyers. Ce sont des verres à deux foyers destinés à corriger la vision de loin et la vision de près.


-Verre minéral : verre en verre (de la silice), avec différents additifs (crown, flint, titane, baryum) pour augmenter l'indice de réfraction. Cette matière est cassante donc fragile mais sa surface est dure et peu sensible à la rayure.


-Verre organique : verre en résine de synthèse légère mais sensible à la rayure. La matière la plus courante est le CR39 découvert au début des années 40.


-Verre polycarbonate : verre de synthèse ultra résistant, initialement utilisé à des fins militaires ou scientifiques (il a été développé par l'armée américaine pendant la dernière guerre mondiale pour remplacer le verre et résister à l'impact d'une balle). Il est aussi ultra léger et ultra mince.


-Verre progressif : destiné à corriger la vision de loin, la vision intermédiaire et la vision de près de manière progressive sans rupture optique ni esthétique.


-Verre unifocal : verre à un seul foyer destiné à corriger la myopie, l'hypermétropie, l'astigmatisme myopique, l'astigmatisme hypermétropique, la presbytie et le strabisme.


-Vitré (ou corps vitré) : liquide gélatineux qui donne à l'oeil sa forme et sa consistance. Il représente 90% du volume de l'oeil.

Verres

verre progressif

verre progressif

verre progressif traditionnel (standard)

 

Les verres progressifs standard sont des verres très abordables en prix, ils sont souvent conseillés en 2ème équipement ou lorsque votre défaut visuel ne nécessite pas un port prolongé.

 

verre progressif optimisé

 

Pour une vision fluide, nette, large et confortable, ces verres sont destinés aux porteurs à la recherche d’un bon compromis entre qualité et prix.

 

verre progressif sur-mesure

 

Vision naturelle sans avoir à rechercher les zones de vision nettes, un chanp de vision élargi, un confort inégalé sur les 3 niveaux de vision. Les prix de ces verres sont plus élevés car ce sont des verres entièrement sur mesure qui nécessitent une technologie de fabrication très particulière

Bien choisir sa monture

Bien choisir sa monture